ARCANE VI
L'AMOUREUX : "J'HESITE "

Choisir, c'est mourir un peu !
Anonyme

Depuis l'enfance on me répète que la vie est un choix permanent. Moralité : Chaque fois que j'ai une décision à prendre, j'hésite, je transi-ge, j'atermoie. Bref ! Je ne sais pas ce que je veux ...

Exemple : je vis chez mes parents, ce qui m'arrange sur tous les plans (argent, repas, ménage et cocooning).

Pourtant, j'ai un(e) petit(e) ami(e) qui me pousse à prendre un appartement : que faire ? Je n'ai pas envie de perdre mon amour tout neuf mais, d'un autre côté, mon nid familial douillet me manque déjà, rien que d'y penser !

Idem pour les études : Un jour j'ai envie de poursuivre, de me spécialiser, pour avoir une belle situation. Un autre, j'ai envie d'entrer de plain-pied dans la vie active, pour être autonome financièrement et surtout, pour me sentir adulte. Je suis à la recherche d'un équillibre, et chaque fois que je pense l'avoir trouvé, je me retrouve à la croisée des chemins et dans l'obligation de choisir.


Chaque nouvelle rencontre est pour moi un véritable casse-tête, et Cupidon ne me facilite pas la tâche : Il braque sa flèche sur l'avenir, comme si il me lançait un défi !

Il est probable que je manque de caractère et, dans ma face la plus sombre, au lieu de m'affirmer, je joue "Le Meunier son fils et l'âne", accordant toujours du crédit au dernier qui a parlé. Ce manque de confiance en moi m'amène souvent à être davantage amoureux de l'amour que d'une personne. Une forme de perversité affective qui s'efface parfois avec l'âge, mais qui peut aussi dégènèrer en Don Juanisme. Faute de savoir choisir, je deviens un collectionneur de sentiments ou, plus simplement, un coeur d'artichaut !

Il est probable que je manque de caractère et, dans ma face la plus sombre, au lieu de m'affirmer, je joue "Le Meunier son fils et l'âne", accordant toujours du crédit au dernier qui a parlé. Ce manque de confiance en moi m'amène souvent à être davantage amoureux de l'amour que d'une personne.

Une forme de perversité affective qui s'efface parfois avec l'âge, mais qui peut aussi dégènèrer en Don Juanisme. Faute de savoir choisir, je deviens un collectionneur de sentiments ou, plus simplement, un coeur d'artichaut !


RETOUR